Alphonse BAZILLE, décédé lors du bombardement du 29/05/1943 à Rennes.

Je vous présente ici, le résumé de la courte vie d‘Alphonse BAZILLE, victime civile de la 2nde Guerre Mondiale lors du bombardement de Rennes du 29 mai 1943.BAZILLE Alphonse.JPG

Publicités

Après Jeanne, ses enfants – #généalogie

Je vous ai parlé de Jeanne BOUSSALEU ici et . C’et grâce à l’acte de décès de sa fille, Marie Hortense BERTIER que j’ai pu découvrir toute sa vie, nottament le fait qu’elle vivait en concubinage avec Pierre BERTIER, le père de ses enfants.


Après avoir parler de Jeanne, la mère sur qui j’ai encore quelques questions, je vais vous parler des enfants BERTIER.

L’aîné, Simon est né à Marmande, en 1831. Il reviendra avec ses parents à Laillé (35) puis il s’installera à Bruz (35) Il deviendra mineur à la mine de Pont-Péan, sur la commune de Bruz (35). C’est là-bas qu’il rencontre, Anne HARELE, journalière à la mine qu’il épouse à Bruz, en novembre 1857 à l’âge de 26 ans.

Avec Anne, il aura 3 enfants, Louis, Marie et Angélique à Bruz, au village de la Fonderie entre 1859 et 1862. Jusqu’en 1866, il vit à Bruz avec sa femme. Mais après le perd toute trace de lui jusqu’à son décès en tant que terrasier n’ayant aucun domicile à  l’hôpital de Bain de Bretagne, en décembre 1886 à l’âge de 55 ans.

————–

La seconde, Marie Hortense est née à Marmande en 1832. Elle reviendra elle aussi  à Laillé puis elle s’installera en tant que tailleuse à Rennes, où elle épouse Bon Ange ALLIS le 13 mars 1850. son mari, rentier sera souvent absent. Ils auront 3 enfants : Marie Hortense, à La Guerche (35), en 1852 & Henri et Jules à Rennes en 1855 et 1856.

Elle aura aussi 2 filles naturelles non reconnues, Esther, en 1857 à Rennes et Victorine Hortense, en 1861 à Rennes.

Elle finit par s’éteindre à Rennes, rue du Champ de Mars, le 26 février 1863 à seulement 30 ans.

Mais pourquoi elle a des enfants naturels alors qu’elle est encore mariée ? As-t-elle le droit ? Fait-elle comme sa mère, qui elle aussi aurait eue une fille naturelle, Marie Louise ?

————–

La petite dernière, Louise est née en 1835 à Laillé. Mais malheureusement elle est décédée à 13 ans, le 27 avril 1849 à Rennes. Pauvre petite.

desc boussaleu.png
Arbre descendant de Jeanne BOUSSALEU (Soure :Geneanet)

Cette petite famille est vraiment très insolite.

Merci.

Romain

La suite de mes recherches sur la mystérieuse Jeanne – #généalogie

Après avoir publié l’article « Une double vie pour Jeanne BOUSALEU », j’ai eu plusieurs pistes de recherches notamment les tables de successions par Renaud BOURDIN-GRIMAUD et Fred PONTOIZEAU.

Après quelques recherches, j’ai retrouvé dans les Tables de Successions et Absences, la trace de Jeanne Julienne BOUSSALEU, épouse Armand HUMBERT. Il est juste dit qu’lle ne possédait rien.


Ensuite, j’ai bêtement recherché le nom BERTHIER dans le moteur de recherches des décès du site des Archives Municipales de Rennes (35), et je trouve une certaine Marie Hortense, décédée le 26 février 1863 à Rennes.

http://www.archinoe.net/am35v2/visualiseur/visu_affiche.php?PHPSID=b794e5ec013331f95070668c7c204a90&param=visu_0&page=37

BERTHIER Marie Hortense deces.JPG

J’ai lu vite fait, et j’ai remarqué que c’était la bonne personne car elle est née à Marmande et c’est la fille de feu Pierre Berthier et de Jeanne Bouzaleu.

J’ai donc appris que Jeanne, sa mère est décédée après 1863.

En relisant l’acte entièrement, quelle surprise, c’est Armand HUMBERT qui déclare le décès ! Et de plus, il est déclaré beau père de la décédée ! La voilà ma preuve ! Jeanne BOUSALEU, épouse HUMBERT est bien la mère des enfants BERTIER !


Je vous laisse ici une transcription de l’acte révélateur :

« Le vingt six Février mil huit cent soixante trois à dix heures du matin, devant Nous Adjoint et officier de l’Etat civil, ont comparu Simon Berthier, mineur, âgé de trente deux ans, demeurant, à Bruz, frère de la décédée; et Amand Humbert, menuisier, âgé de cinquante cinq ans, demeurant rue Vasselot, beau-père de la décédée : lesquels nous ont déclaré que Marie Hortense Berthier, tailleuse, Epouse de Bon Ange Allis, militaire pensionné, âgée de trente ans neufs mois, née à Marmande (Lot et Garonne) fille de feu Pierre Berthier et de Jeanne Bouzaleu, est décédée rue du pont de Toussaints, ce matin à sept heures et a le second témoin signé avec nous le premier ayant déclaré ne sa voir signer après lecture.

humbert   « 


Maintenant je peux infirmer que Jeanne Julienne BOUSSALEU, est la fille de Pierre François BOUSALEU et de  Julienne METAYER. Elle est né à Laillé, le 20 mai 1801 et a eu 3 enfants avec Pierre BERTIER, son concubin :

  • Simon Berthier, né à Marmande (47), le 24 avril 1831
  • Marie Hortense Bertier, née à Marmande, le 27 mai 1832
  • Louise Julienne Bertier, née à Laillé (35), le 11 août 1835

En juin 1842, elle épouse Armand HUMBERT avec qui elle va vivre à Rennes. Elle perd sa fille, Louise en avril 1849, elle vit alors Rue Saint Melaine avec Pierre BERTIER, qui décède en 1855. En 1857, lors du mariage de son fils, elle vit alors Place Toussaint. En février 1863, Jeanne perd sa fille, Marie Hortense, alors que son mari vit Rue Vasselot.

Le 11 avril 1866, elle s’éteint rue du Champ de Mars à Rennes à l’âge de 64 ans.


Maintenant, il y a encore quelques soucis :

  • Est-ce possible d’avoir des enfants non naturels sans être mariée vers 1830 ?
  • Comment pouvait-elle vivre à la fois avec son mari et son concubin en même temps en 1849 ? Était-elle vraiment polygame ?
  • Qui est la mère de la petite Marie Louise, née en 1837 ? Sûrement Jeanne Julienne aussi mais comment en avoir la preuve ?

Merci à tous ceux qui m’ont aidé dans cette quête,

Romain

Une double vie pour Jeanne BOUSALEUX ? – #généalogie

Depuis quelque temps, je recherche des informations sur mon ancêtre nommée Jeanne BOUSALEUX sur qui je ne connaît aucune date.

J’ai retrouvé plein d’infos. Mais pas seulement sur une Jeanne BOUSALEU, non sur plusieurs homonymes. Et oui, me voilà confronter à un drôle de cas d’homonymie.

J’ai en tout retrouvé 3 différentes Jeanne BOUSALEUX (si elles sont différentes.)


La première, mon ancêtre, est la concubine de l’aubergiste, Pierre BERTHIER, (né le 7.8.1786 à Châtillon en Vendelais). Je dis concubine car leur acte de mariage m’est introuvable. C’est la fille de Pierre François BOUSALEU & de Julienne METAYER. Elle serait née vers 1801 à Laillé.

Avec Pierre, elle a eu au moins 3 enfants :

  • Simon Berthier, né à Marmande (47), le 24 avril 1831
  • Marie Hortense Bertier, née à Marmande, le 27 mai 1832
  • Louise Julienne Bertier, née à Laillé (35), le 11 août 1835

Elle a eu différents domiciles :

  • Marmande : en 1831 et 1832
  • Laillé (Bout de la Lande) : entre 1835 et 1841 (recens. de 1836 & 1841 avec Pierre)
  • Rennes (Rue St Melaine) : en mars 1849
  • Rennes : en 1850
  • Rennes (Place Toussaint) : en novembre 1857

Malheureusement, je n’ai aucun acte la concernant, je ne sais ni quand elle est née, ni quand elle s’est mariée ni quand elle est décédée.

Je sais que Pierre Bertier est décédée le 30 novembre 1855 à Rennes, mais lors de son décès il est déclaré célibataire. Étonnant, non ?


La seconde Jeanne, est l’épouse de Gilles Victor Amant HUMBERT, avec qui elle s’est mariée à Laillé le 9 juin 1842. Elle se nomme Jeanne Julienne BOUSSALEU, c’est la fille de Pierre BOUSALEU et de Julienne METAYER. Elle est née le 20 mai 1801 à Laillé et est décédée à Rennes, le 11 avril 1866. Elle a occupé les professions d’aubergiste et de domestique.

Elle aussi a eu différents domiciles :

  • Laillé (Caliorne) en 1842
  • Rennes (Rue du Champ de Mars) en 1866

A noter que le village de Caliorne est voisin de celui du Bout de la Lande.


Je connais peu de chose sur la troisième femme. C’est une aubergiste, née vers 1798 qui  a eu une fille naturelle :

  • Marie Louise BOUZALEU, née au Bout de la Lande à Laillé, en septembre 1837

C’est une certaine Louise Françoise METAYER (née vers 1757) qui va déclarer la naissance de Marie Louise en 1837.


Après des recherches en compagnie d’Hélène (Pelle Pioche) & de Valérie (Des racines & des arbres), que je remercie d’ailleurs, j’ai fait ce petit tableau pour tout récapituler.

 

BOUSALEU

J’imagine bien qu’au moins une de ces 3 femmes n’en sont qu’une et même à vrai dire je pensais que c’en était un seule mais comment est-ce possible d’avoir 2 époux et un enfant naturel alors que le premier époux est encore en vie.

Serait-ce une union libre entre Pierre Bertier et Jeanne Bousaleu avant l’heure ou alors cette Jeanne avait une double voire triple vie ?

C’est tout de même étonnant qu’aucun acte de l’épouse Bertier soit trouvable !


Admettons, que Jeanne soit une seule et même personne :

Jeanne Julienne BOUSALEU, naît le 30 floréal IX au bourg de Laillé (35). Ses parents sont François BOUSALEU, aubergiste et Julienne METAYER, lingère. C’est la première fille d’une fratrie de 6 enfants dont Julien, est l’aîné. Elle perd son père à 12 ans et sa mère à l’âge de 16 ans.

Elle rencontre un jeune colporteur du nom de Pierre BERTIER vers 1830. Elle part s’installer avec lui à Marmande dans le sud de la France. Là-bas, naît 2 enfants, Simon et Marie Hortense en 1831 et 1832. Une fois revenu dans son village natal, Laillé, elle s’installe au bout de la Lande où naîtra, en 1835 le troisième enfant du couple, Louise. Elle a de bons contact avec son frère aîné Julien, gendarme à cheval qui est présent lors de la naissance de Louise. Ensuite, Pierre arrête son métier de marchand colporteur et devient cabaretier et aubergiste.

Puis, Jeanne devient aubergiste. En septembre 1837, elle accouche d’une petite fille, sans père au Bout de la Lande. Louise Françoise METAYER, alors âgée de 80 ans ira déclarer la petite Marie Rose à la mairie.

7 ans plus tard, elle vit alors juste à côté, à la Caliorne, et épouse un menuisier, Amant HUMBERT à Laillé, le 9 juin 1842.

Elle part ensuite s’installée à Rennes. En 1849, elle est rue Saint Melaine avec Pierre BERTIER, qui décédera Faubourg de Paris, en novembre 1855

En 1857, elle vit à la Place Toussaints à Rennes et enfin en 1866, elle vit rue du Champ de Mars, où elle décède à l’âge de 64 ans.

Globalement tout colle, sauf quand elle vit avec Pierre BERTIER en 1849 et bien sûr le point de contradiction : le fait qu’elle épouse M. HUMBERT avant le décès de M. BERTHIER et qu’elle ait un enfant naturel.


Merci de m’avoir lu.

               Romain


Vous retrouverez mon arbre Geneanet avec les liens des fiches des différentes Jeanne :

Jeanne BOUSALEUX, l’épouse BERTIER

Jeanne BOUSSALEU, l’épouse HUMBERT

Jeanne BOUZALEU, la mère de Marie Louise

Les récents décès à rechercher dans ma #généalogie

Deces

Ma généalogie n’est pas totalement complète sur les générations récentes, il manque bien sûr des illustrations mais aussi beaucoup de dates de décès.

Aujourd’hui, j’ai décidé de les lister afin de me rendre compte de l’avancé de mes recherches. Après avoir découvert 2 AAGM, Léontine & Anna décédé au XXIe siècle, je m’attends à tout.


J’ai retrouvé les décès de mes AGP, entre 1943 et 2005.


Premier décès : Jules Armand VASSAL (AAGP)

Jules naît à Paris en 1881. C’est le fils naturel d’Antoinette Mélanie Vassal. A 40 ans, en 1921 il se marie à plus de 350km de son lieu de naissance, en Ille-et-Vilaine, où il s’est installé depuis plus de 20 ans, avec Armandine. Je leur connait seulement un enfant, né en 1922 à Parthenay de Bretagne, mais je ne sais si ils en ont eu d’autres. En juillet 1937, je le retrouve dans un accident à Parthenay-de-Bretagne grâce au archives du Ouest-Eclair. Il est tombé « violemment sur la route ». On lui « diagnostiqua une fracture du bras gauche » et il fut emmené « à l’Hôtel-Dieu à Rennes ». En 1952, lors du mariage de son enfant, il est déclaré décédé.

Jules est donc décédé certainement à Parthenay-de-Bretagne (35) entre juillet 1937 et octobre 1952. Même si je penche plus pour une fourchette de juillet 1937 à 1945 car tous les décès doivent normalement être inscrit en mention marginal de l’acte de décès de puis 1945 mais ce n’est pas toujours le cas.

Deuxième décès : Pierre Marie QUENOUILLERE (AAGP)

Pierre est l’unique fils d’Eugène Quenouillère et d’Anastasie Thébault, né en 1874 à La Chapelle Chaussée où il se marie avec Marie Ange Gontier. Ils ont eu au moins 2 fils, nés en 1911 et 1925. Le dernier est né à St Gondran et lors de son mariage, en 1960 Pierre est déclaré décédé.  Au recensement de 1931, ils ont 7 enfants, et parmi eux, un s’est marié en 1960, où ses parents sont déclarés décédés.

Pierre décède donc entre 1925 1931 et 1960, éventuellement à St Gondran. Encore une fois, je penche plus pour un décès entre 1931 et 1945.

Deuxième décès : Jean Louis Marie GUEDE (AAGP)

Jean Louis naît en 1904. En 1928, il se marie avec Léontine Bodiou. Ils vivent à Montreuil-le-Gast (35), où naît un enfant en 1931. Entre 1929 et 1931, ils ont 3 enfants à Montreuil-le-Gast. En 1950, Léontine se marie à St Medard-sur-Ille, où elle vit. Elle est qualifiée de « veuve de Jean Louis Guédé« .

Jean Louis Guédé est certainement décédé entre 1931 et 1950. Je penche pour Montreuil le Gast pour la commune de décès ou sinon, St Medard sur Ille voir St Symphorien car il y travailler comme carrier. Je pense une fois de plus, qu’il serait décédé entre 1931 et 1945 pour les raisons ci-dessus. (J’ai dû attendre 2 mois après 4 demandes avec la date exacte auprès d’une des deux communes pour recevoir un acte).

3eme & 4eme décès : Michel  LIET/LIGUET & Virginie GOSSELIN (AAGP).

Michel Marie LIET, né en 1845 et Virginie Jeanne Marie Gosselin, née en 1866 se marient à Domloup en 1899. Ils auront au moins 4 fils, à Ossé puis à Saint Aubin du Pavail, entre 1901 et 1909. En 1911 et en 1921, ils vivent à St Aubin du Pavail (35) Je retrouve le mariage de seulement un de leur fils, Jean Baptiste, en 1932. Il est noté que ses parents sont « décédés ».

Virginie et Michel sont donc décédés entre 1911 1921 et 1932 et certainement à Saint Aubin du Pavail.

Cinquième & Sixième décès : Jean Marie TOUTIRAIS & Marie AUBRÉE (AAGP)

Jean Marie Joseph Toutirais et Anne « Marie » Victoire Aubrée se marient en 1897 à Saint Aubin d’Aubigné où ils ont au moins 5 enfants. Une certaine Marie et un certain Albert, restent introuvable, ils sont pourtant sur le recensement de 1921. En 1936, le couple vit toujours à Saint-Aubin d’Aubigné. Lui est carrier à Chevaigné et elle est journalière.

Je peux juste affirmer que le couple est décédé après octobre 1924  après 1936, sans doute à Saint Aubin d’Aubigné.

Il me manque donc 6 décès parmi ceux de la génération de mes AAGP, la cinquième.


Passons à la génération six.

Les décès de Joseph Sarciaux & de Joséphine Rouault, n’ont pas été retrouvés. Ils sont décédés après 1921 1926, surement à Parthenay de Bretagne.

Ceux d’Eugène Quenouillère & d’Anastasie Thébault, n’ont eux non plus pas été retrouvés. Grâce au mariage de leur benjamine je sais qu’Eugène est surement décédé à La Chapelle Chaussée, après 1921 et Anastasie est décédée à La Chapelle Chaussée entre 1911 et 1921. Ce qui m’est confirmé par le recensement de 1921

Je ne sais pas non plus quand Jeanne Marie Collet est décédée. Elle apparaît, à 58 ans sur le recensement de 1911 à Saint Onen la Chapelle. Elle est donc décédé après 1911.

Ni même quand Jean Marie Guédé est décédé. Il est présent au recensement de 1926 à La Mezière et décédé lors du mariage de son fils en 1928 . Il décède donc entre 1926 et 928 surement à La Mézière.

La date du décès de Louis Marie Berthier reste pour moi inconnu aussi. En 1916, il est présent au mariage de sa fille à Noyal sur Vilaine où il vit. Il est donc surement décédé dans la commune.


Les trois Anne de ma 7eme génération, Anne GEFFROY (1912…1923) , Anne HAREL (/1910) et Anne BEAUGENDRE (1906/) n’ont toujours pas leurs décès dans mon arbre. 


Petit résumé :

  • Jules VASSAL, décédé entre 1937 et 1952
  • Pierre QUENOUILLERE, décédé entre 1931 et 1960
  • Jean Louis GUEDE, entre 1931 et 1950
  • Michel LIET entre 1921 et 1932
  • Virginie GOSSELIN, entre 1921 et 1932
  • Jean TOUTIRAIS, après 1936
  • Marie AUBREE, après 1936
  • Joseph BOURDOIS, après 1926
  • Joséphine ROUAULT, après 1936
  • Joseph SARCIAUX, entre 1939 et 1956
  • Eugène QUENOUILLERE, après 1921
  • Anastasie THEBAULT, entre 1911 et 1921
  • Jeanne COLLET après 1911
  • Jean GUEDE, entre 1921 et 1938
  • Louis BERTHIER, après 1916

Je suis sûr qu’une bonne visite aux AD35 m’aiderai à retrouver quelques uns de ces 17 décès mais je n’ai pas encore eu l’occasion s’y aller. J’espère que ceux ci mettront les derniers recensements entre 1921 et 1936 disponible sur leur site comme l’ont fait d’autres départements, car je pense que cela aiderait pour certains décès. Merci à eux d’avoir mis-en-ligne toutes ces ressources précieuses.

Et vous, avez-vous retrouvez les décès des générations 4, 5 et 6 ?


Début juin 2019, les AD35 ont permis l’accès aux recensements de 1921 à 1936 et de l’Etat-Civil de 1918, par conséquent j’ai avancé sur quelques dates. Pour vois les modifications, je vais les faire paraître en bleu.

Merci de votre lecture.

Romain.

Je me suis inspiré des « épines collatérales » de Frédéric PONTOIZEAU (pontoif).