Gaël (35) – #généalogie

J’ai décidé d’adapter le challenge #1J1Commune auquel je ne peux participer,  en écrivant un article par-ci par là sur une commune de ma généalogie.

Je commence avec la commune de Gaël, en Ille-et-Vilaine (35).


gael
AD35 – Gaël – Naissances – 1912

Gaël est une commune d’Ille-et-Vilaine, frontalière avec le Morbihan et les Côtes d’Armor.

Gael carte.png
Carte provenant de Google Maps

Maintenant de mon point de vue, Gaël reste la commune situé le plus à l’ouest dans ma généalogie. Je la retrouve la première fois en 1844, lors de la naissance de Jean Marie GONTIER, qui est d’ailleurs le seul de sa fratrie ainsi que de ma généalogie, à être né dans la commune.

5 de mes ancêtres ont un événement dans cette commune. A vrai dire, tous « mes » événements de Gaël ont un lien avec les ancêtres de mon sosa 42 (Gen. 6),  Jean Marie GONTIER.

Gael ancetres.png
Arbre de Jean Marie GONTIER via Généanet

Le plus récent d’entre eux date du 8 juin 1856. Il s’agit du décès de Marie RIVÉ.

J’ai retrouvé 2 noms de villages à Gaël dans ma généalogie : la Folie et Clemelin

gael lieu dit
la Folie et Clémelin via Geoportail

La Folie est le lieu de naissance de mon quadriaïeul, Jean Marie GONTIER, né en 1844 et Clémelin est le lieu de décès de son grand-père, François, décédé en 1821.

Les parents de Jean Marie, Louis et Marie LECLERC sont les seuls ancêtres à s’être mariés dans la commune. Ils s’épousent le 19 juillet 1843.

Du temps, où, mes ancêtres vivaient à Gaël, environ 2200 habitants y vivaient.

En résumé, 5 ancêtres ont vécus à Gaël, Jean Marie GONTHIER, ses parents Louis & Marie ainsi que ses grands-parents paternels, François & Marie et, tous les évenements ont lieu entre 1821 & 1856.

Merci de m’avoir lu.

Romain.

 

 

 

Publicités

#16AAGP Marie Julienne BODIOU (1865-1950) – #généalogie #32QC

bodiou gerard 1906 la meziere montgerval p20

Je termine ma série des 16AAGP avec mon sosa 47, Marie Julienne BODIOU que j’ai découvert il y a seulement quelques mois. Malheureusement, mon sosa 46 est inconnu, vous le comprendrez en lisant l’histoire de Marie Julienne.


Il est 3 heures du matin, le 17 mars 1865, lorsque le couple BODIOU, habitant au village du Coudray, à Melesse (35) accueille un petite nouvelle. Le père, Jérôme, scieur de long, attends deux jours pour aller déclarer la petite à la mairie. Il lui donne les prénoms de Marie Julienne.

Les parents de Marie Julienne, Jérôme & Perrine CHERUET se sont mariés un peu moins de 2 ans avant. Marie a 3 demi-frères et soeurs du côté de son père avec Marie LOISEL, Pierre, Angélique et Jean Baptiste. Ils sont nés plus de 10 ans avant elle. Pierre est né en 1846, 19 ans avant Marie.

L’année d’après, alors que Marie Julienne a 1 an et 1/2, sa mère accouche d’un petit garçon nommé Pierre Marie, le jour de Noël.

Ensuite, la famille déménage à Mainbuet, dans la même commune.

COUDAY MAINBUET Melesse.png

Dans ce village, la famille accueille un autre petit garçon, né le 12 février 1869. Il s’appelait Ange Marie. Il décède malheureusement à l’âge de 10 mois, le 14 décembre 1869.

On retrouve la famille à Mainbuet, en 1871.

BODIOU CHERUET La Meziere 1871 p82 Mainbuet.png

Par la suite, toute la famille déménage à La Lande de La Mézière (35), où les parents de Marie deviennent débitants de cidre.

A noter que Jérôme, le père de Pierre et Marie est souvent noté comme « indigent secouru ».

En octobre 1888, Marie se marie avec Julien GÉRARD, qui a 25 ans de moins qu’elle, à La Mézière (35).

Le couple s’installe au Beauséjour, toujours à La Mézière, où Marie accouche, en juillet 1889 d’un petit Pierre Marie. 2 ans, plus tard, en février 1892, Jean Baptiste nait à la Herbetais, à La Mézière (35). Jean Baptiste est mort pour la France, le 21 août 1914 à Auvelais, en Belgique

La famille déménage à la Ferrière, toujours dans la commune de La Mézière, c’est dans ce lui où Marie accouche de 2 petites filles, Angèle et Marie Louise, nées respectivement en juin 1895 et août 1897. Mais c’est aussi là bas que décède en 1897, la mère de MariePerrine, veuve depuis 1895. L’année suivante la petite dernière, Marie Louise décède à l’âge de 6 mois à la Ferrière.

Mais malheureusement, le mari de Marie, Julien GÉRARD décède le 1er janvier 1900. Il laisse alors sa femme de 35 ans, veuve avec ses 3 enfants âgés de 11 à 5 ans.

On retrouve Marie aux Loges, toujours à La Mézière avec ses enfants, lors du recensement de 1901.

BODIOU GERARD 1901 La Meziere Loges p11.JPG


Le 27 décembre 1903, à la Vollerie, toujours à la Mézière, Marie accouche d’une petite fille, né de père inconnu, qu’elle prénomme Léontine. Elle deviendra mon AAGM.

On retrouve Marie et ses 2 filles, en 1906, à Montgerval, toujours à La Mézière.

BODIOU GERARD 1906 La Meziere Montgerval p20.JPG

L’année d’après, le 19 octobre 1907, Marie épouse Pierre CHESNOT à Chevaigné (35). Il est indiqué qu’elle est domicilié à Betton (35). Son mari, est originaire de Guipel et a 20 ans de plus qu’elle.

Le 22 mai 1909, aux Chênes des Noes, à St Aubin d’Aubigné, Marie accouche d’Armel Jean Baptiste SAGET.

Regardons la famille qu’on retrouve au bourg de  St Médard sur Ille, en 1911 :

BODIOU CHESNOT 1911 Bourg St Germain sur Ille.JPG

On peut voir que Léontine est nommé CHESNOT au lieu de BODIOU et que Pierre CHESNOT était carrier.

Ensuite, le 28 mai 1917, Marie est veuve par 2 fois et épouse à La Mézière, Augustin SAGET. Il a 10 ans de plus qu’elle et il est lui-même veuf d’Anne COLOMBEL.

Le mariage est indiqué dans le bulletin paroissial de La Mézière.

SAGET augustin BODIOU Marie Julienne.JPG

Marie termine sa vie à Andouillé-Neuville (35), au village de la Boulagerie, c’est son fils, Armel SAGET qui déclare son décès, le 9 janvier 1950. Elle décède à l’âge de 84 ans.

J’imagine que Marie a eu une très grande descendance, étant mariée 3 fois et ayant eue une fille naturelle. Elle a essentiellement vécue à La Mézière même si elle a vécu un peu partout, ses principaux actes la déclarent domicilée dans 7 communes différents : Betton, Chevaigné, Melesse, Andouillé-Neuville, Saint Médard-sur-Ille, St Aubin-d’Aubigné et La Mézière.

Regardez les déplacements de Marie via Mappy.

BODIOU Marie Julienne.JPG

J’espère pouvoir retrouver tous ses enfants.

 

Merci de m’avoir lu.

Romain.

 

 

Mes ancêtres récents – #généalogie

Pour ce début d’année, je fais un état des lieux concernant mes récents ancêtres.


Mon grand-père étant décédé en 1968, à l’âge de 32 ans, j’ai connu 3 de mes 4 grand-parents. J’ai tout de même pu questionner mon grand-oncle.

Malheureusement, mes 8 arrières grand-parents étaient décédés à ma naissance. Une de mes AGM, est décédée seulement quelques mois avant ma naissance.

J’ai découvert malheureusement trop tard l’existence de mon AGTante (1926-2017) que j’aurai pu questionner…

Mon AAGM, est elle décédé 7 mois après ma naissance. J’aurai donc pu l’a connaître.

Grâce à Généanet, j’ai également une photo d’une AAGT.


Concernant, les photos, j’ai en ma possession les photos de tous mes grand-parents ainsi que 4 de mes arrières grands parents.

J’ai également les photos des tombes de mes arrières grands parents (décédés, en 1972 & 1980). J’ai aussi une photo de la tombe d’une de mes AAGM, décédée en 1973, et de son mari.


J’espère au cours de cette année pouvoir récupérer une photo de mon AAGM, décédée en 2006, ainsi qu’au moins un des couples de mes AGP voir même une photo de mon AAGM, décédée en 1973, dont j’ai une photo de la tombe…

J’espère avoir d’autres photos si possible…

J’ai fait une demande à la maison de retraite de Melesse (35) pour la photo de mon AAGM, ce 2 janvier.


Et vous avez vous beaucoup de photos d’ancêtres ?

 

Recherche dans les recensements #généalogie

Bonjour,

Je vais vous emportez dans mes recherches.

Je décide de compléter mon tableau de recensements. Et notamment la ligne d’Anne QUÉVERT.

Pour Anne, j’avais seulement 2 recensements.

Celui de 1841, à Saint Thual, avec ses beaux-parents, son premier mari, Joseph Fouéré et ses premiers enfants, François et Perrine.

QUEREL FOUERE GARNIER St Thual 1841 p

 

Et celui de 1856, à Saint Judoce (22), avec son second mari, Jean Louis Garnier et ses enfants, François, Marie, Philomène et Phoisine.

QUERET FOUERE GARNIER Morlain St Judoce p7 1856.png


J’ai donc, chercher Anne, en 1846, je l’ai retrouvé avec son mari, Joseph et ses enfants, à Saint Thual.

FOUERE QUEVERT St Thual p29 1846 Tresoleil

Ensuite, son mari, Joseph est décédé. J’ai donc rechercher Anne, à Saint Judoce, en 1851 avec son second mari, Jean Louis, où je l’ai trouvé, à la Mortais en compagnie de ses premiers enfants.

QUEVET FOUERE COSSU HOMO GARNIER p11 St Judoce Morlais.JPG

Mais j’ai remarqué, dans le foyer en dessous, un couple COSSU/HOMO. Ces noms me disaient quelque chose. En effet, c’est les prochains beaux-parents de son fils ainé, François.

Je découvre donc, pourquoi François FOUÉRÉ et Françoise COSSU se sont mariés.

François Cossu, et Marie Homo, vivaient avec le dernière fille, Anne et 3 enfants « de l’hospice », Victor Pépin, Marie Mazarin et Louis Telbon.


Je retrouve Marie Homo,  veuve en 1856, à St Judoce, avec ses 2 dernières filles, toujours voisine de Anne.

HOMO COSSU St Judoce p7 1856.JPG

En 1861, Anne vit avec son mari, Jean Louis et ses 4 enfants.

QUEVET FOUERE GARNIER 1861 66 St Judoce Morlais p5

 

 

Et Marie vit à côté, avec sa fille, à la Mortais.

HOMO COSSU St Judoce p4 5 1861 66 Morlais.png

 


En juin 1864, François, le fils d’Anne et Françoise, la fille de Marie, se marient à Trévérien (35).

Le 15 novembre 1865, Anne QUEVERT, décède à Saint Judoce (22), à l’âge de 51 ans.


Je retrouve Marie, en 1866, à Saint Judoce, toujours à la Mortais, à côté du veuf de Anne, en compagnie de Marie Vierge et Auguste Lebreton.

HOMO St Judoce p4 1866 Morlais

Puis, en 1872, pour la dernière fois, à Saint Judoce, Marie est seule.

 

HOMO St Judoce p4 1872 Morlais.JPG


Grâce à ses recherches, j’ai pu compléter les ligne de Marie HOMO, François COSSU et d’Anne QUEVERT. J’ai également fini la ligne de François FOUÉRÉ, le fils d’Anne.

Recherches recensements 1.png

J’ai découvert pourquoi François FOUÉRÉ et Françoise COSSU se sont mariés.

J’ai appris la date décès de Philomène FOUÉRÉ, décédée le 16/09/1865, à 16 ans.

Et la date de décès de Marie HOMO, décédée le 20 février 1874. Et donc, le nom de ses parents, François et Mathurine GAULTIER.

Merci de m’avoir lu !

 

Romain.